Vos besoins

Bien Vieillir.

Avec l’âge, une question se pose : comment vieillir en bonne santé et surtout en forme ?

Agir en prévention ou dès la déclaration d’une pathologie

La nutrition est l’approche essentielle puisqu’elle permet de donner les apports nécessaires pour un fonctionnement optimal de l’organisme et pour diminuer le risque de déclin cognitif.

Pour une même activité physique, plus on vieillit, plus la dépense énergétique sera élevée ; il est donc important que les apports suivent cette évolution pour pallier au manque d’énergie. Cependant, il est bien connu que l’appétit, le goût et la digestibilité des aliments diminuent en vieillissant, nous serons donc là pour vous accompagner et vous guider à travers tous ces changements.

Il est aussi important d’enrailler le processus de sarcopénie (diminution de la masse musculaire) qui apparait avec l’âge et la chute des hormones sexuelles. Il a été prouvé que chez les femmes, on pouvait observer une diminution de 10% de la masse musculaire tous les ans. La silhouette change aussi peu à peu et la peau a tendance à perdre de son élasticité.

Il est parfois difficile d’accepter ces changements qui peuvent être assez brutaux. Certaines nouvelles technologies peuvent vous aider à vous sentir mieux. Par exemple, le Rédustim ou encore la Cryolipolyse sont à votre disposition au centre de santé active.

La relaxation est aussi une solution pour se recentrer et s’accepter à nouveau à la suite de ces changements personnels, professionnels ou corporels. Elle permet de prendre du recul en toute sérénité et vous serez toujours accompagné par des professionnels diplômés.

Pour quelles raisons opter pour ce type de prise en charge ?

Il arrive à certains moments de la vie de s’apercevoir que nous ne bougeons plus assez, que nous sommes sujets à des douleurs dues à la sédentarité,… C’est votre cas ? Vous ne savez pas par où commencer ? Nous sommes là pour vous donner les bases au niveau alimentaire et vous aider à remettre l’activité physique au cœur de vos habitudes. Il s’agit de vous motiver, pour vous permettre, par la suite, de continuer en toute autonomie, et surtout avec plaisir.

Remettez votre corps en marche avec nous !

Avec l’âge, la peau perd de son élasticité et des rides apparaissent…

Nous pouvons également vous accompagner avec certains compléments alimentaires, une alimentation plus équilibrée (qui vous ravivera le teint), une activité physique qui vous permettra de vous muscler et de retendre les tissus avec en soutien les nouvelles technologies qui également permettront de regagner de l’élasticité.

Le syndrome des jambes lourdes correspond à l’accumulation du sang dans les membres inférieurs avec un retour veineux qui sera insuffisant. On aura alors l’impression d’avoir des poids au bout des pieds… Ce syndrome peut amener à développer des varices sous-cutanées et des œdèmes qui sont peu esthétiques et également douloureux… Vous avez alors différentes possibilités pour limiter ce syndrome et améliorer vos sensations quotidiennement.

La première possibilité et la plus connue est le drainage lymphatique. Celui-ci est réalisé le plus souvent par un kinésithérapeute mais des massages réalisés par vous-même ou une esthéticienne peuvent aussi vous soulager. Certaines nouvelles technologies peuvent également être utilisées dans le même objectif. C’est le cas du Rédustim qui, par la pressothérapie, permet un drainage lymphatique efficace. La séance s’effectue allongé, dans des dispositions calmes et sereines qui permettent un meilleur retour veineux. Au centre, nous mettons en place une ambiance reposante avec une douce musique de fond et une lumière tamisée.

La seconde possibilité est la phytothérapie. En effet, certaines plantes sont à privilégier si vous souffrez du syndrome des jambes lourdes, elles se présentent sous forme de gélules, de comprimés ou d’ampoules et sont nommées des veinotoniques. La première à recommander est la vigne rouge. Consommée en quantité suffisante (entre 360 et 720 mg par jour), elle permet d’agir sur la contractilité et la perméabilité veineuse. Elle prévient donc les œdèmes et permet un meilleur retour veineux. La seconde plante à recommander est le marronnier d’Inde. Elle procure une action anti-inflammatoire, anti-œdémateuse et augmente le tonus veineux. Elle amène aussi à une diminution de la perméabilité capillaire. Ces deux plantes (marronnier d’Inde et vigne rouge) sont également anti-oxydantes. Enfin, la troisième plante que nous pouvons vous recommander est l’Hamamélis qui a comme principale propriété d’être vasoconstrictrice. Ce qu’il est important de garder en tête c’est qu’il faut éviter l’automédication et toujours demander conseil à un professionnel formé en phytothérapie afin d’avoir des posologies et des mélanges adaptés à vos besoins.

La troisième possibilité et pas la moins importante est de pratiquer une activité physique régulière ; notamment la marche qui est accessible à tous et qui procure de nombreux effets bénéfiques. En effet, marcher contribue à une meilleure circulation sanguine grâce à l’écrasement des veines sous la voute plantaire et aux contractions musculaires des mollets. Cela permet donc un meilleur retour veineux. Le vélo ou encore la natation et tous les sports aquatiques (aquabike, aquaruning ou encore longe-côte) sont également de bonnes solutions pour vous aider à lutter contre les jambes lourdes !

On évite le plus possible de rester assis durant des heures ; mais si vous n’avez pas le choix, faites rouler une balle sous la plante des pieds, ce qui permettra de déclencher le retour veineux.

Enfin, n’oubliez pas que pour éliminer l’eau stagnante (œdèmes), il faut penser à beaucoup boire et ne pas trop saler ses repas !!

L’arthrose est un terme qui regroupe des affections chroniques dégénératives non inflammatoires des articulations. C’est une pathologie assez fréquente qui touche entre 9 et 10 millions de personnes en France. Ce sont les cervicales et les lombaires qui sont les plus touchées ; suivies par le genou, le pouce, la hanche, la cheville et les épaules. Malgré le fait que l’arthrose du genou et de la hanche ne soient pas les plus fréquentes, elles sont les plus invalidantes dans la vie quotidienne. La présence d’arthrose est corrélée à l’âge, plus il avance, plus on a de risque d’être diagnostiqué.

La micronutrition et l’activité ont alors leur rôle à jouer. Utiliser les effets anti-inflammatoires naturels de certains condiments ou micro-nutriments est un axe à prendre en compte ! Concernant la pratique sportive, il a été prouvé que la pratique encadrée amenait à de meilleurs résultats que les mêmes exercices, réalisés seul, à la maison. De même, le sauna infra-rouge ainsi que le cryothérapie corps entier peuvent s’avérer être de bonnes solutions pour améliorer votre qualité de vie ?

On se lance ensemble ? 

L’ostéoporose est une maladie du squelette caractérisée par une masse osseuse basse et une détérioration micro-architecturale du tissu osseux conduisant à une augmentation de la fragilité osseuse et à une augmentation conséquente du risque de facture. Le pic maximal de masse osseuse est atteint vers l’âge de 35 ans. Celui-ci se maintient généralement jusqu’à 40 ans. Par la suite, la masse osseuse tend à décliner de 1 à 2 % par année. Durant les 10 années qui suivent l’apparition de la ménopause, la perte osseuse s’accélère de 2 % à 3 % par année, en raison du déclin de la production d’œstrogènes. La perte se stabilise ensuite à environ 1 % par année. Dans le cas des hommes, la perte est plus graduelle. À compter de 65 ans, cependant, leur risque de souffrir d’ostéoporose augmente et ils sont plus susceptibles d’avoir des fractures.

Les mesures préventives de base

L’activité physique

Être actif durant l’enfance et l’adolescence est particulièrement important, car cela permet de se constituer un squelette plus résistant, donc de faire des réserves de masse osseuse qui serviront à l’âge adulte. Il est recommandé de pratiquer un minimum de 30 minutes d’activité physique au moins 3 fois par semaine. Ce qui importe le plus n’est pas la durée des séances, mais leur fréquence. Les sports d’impact tels que la course à pied, les sauts, qui impliquent un travail en poids de corps ou encore les sports avec un travail de résistance (haltères, poids de corps, ..) ont un effet de gravité sur le squelette et permettent de le consolider. A l’inverse, des sports portés (tels que le vélo, natation, kayac,…) ont moins d’effets.

L’alimentation

Un apport suffisant en calcium, vitamine D et vitamine K2 : Presque toutes les cellules du corps ont besoin de calcium pour bien fonctionner. Avoir une alimentation qui contient suffisamment de calcium permet de combler les besoins du corps sans qu’il ait à puiser dans ses réserves, c’est-à-dire les os. On peut obtenir un apport suffisant en calcium en mangeant régulièrement des produits laitiers, de la sardine (avec les arêtes), des légumes vert foncé (brocoli, etc.), des produits à base de soja (tofu, lait de soja enrichi de calcium). La vitamine D est vitale pour la santé des os et des dents. Elle améliore l’absorption du calcium dans l’intestin et participe à la fixation de ce minéral dans les os. La vitamine K2, ou ménaquinone, favorise la calcification des os en stimulant l’activité de l’ostéocalcine, une protéine qui favorise la fixation du calcium sur l’architecture osseuse.

L’équilibre acido-basique

L’équilibre acido-basique est un équilibre vital et essentiel pour le bon fonctionnement de la cellule (pour permettre la communication, le métabolisme et les échanges cellulaires). Les réactions chimiques au niveau des cellules de l’organisme sont productrices d’acidité. En particulier, le métabolisme des glucides grâce auquel nos cellules fabriquent de l’énergie, fabrique du gaz carbonique et de l’eau. L’un et l’autre se dissolvent dans le sang. Mais le gaz carbonique est une source importante d’acidité à laquelle viennent se rajouter les autres acides formés au cours de ces réactions productrices d’énergie, par exemple l’acide pyruvique et l’acide lactique. La conséquence est que l’organisme a une tendance naturelle à faire de l’acide. Il faut donc en permanence tamponner cette acidité.

L’organisme dispose pour cela de 3 moyens complémentaires : la réserve alcaline, la respiration et le rein. La réserve alcaline, comme son nom l’indique est une réserve permanente de bicarbonates qui ont la faculté de tamponner immédiatement l’acidité du sang. Cette réserve est suffisante pour maintenir en permanence le sang à un niveau légèrement alcalin qui est le niveau normal où l’organisme peut fonctionner. L’os est le premier réservoir en bicarbonate de calcium. Une alimentation trop riche en aliments acidifiants (céréales raffinées, protéines animales, aliments transformées,….) peut favoriser à moyen terme une déminéralisation osseuse et augmenter les risques d’ostéoporose.

Au centre, nous vous proposons une prise en charge globale alliant diététique, micro-nutrition et activité physique pour vous accompagner et vous aider à mieux vivre avec l’ostéoporose.

Les mesures préventives de base

L'activité physique

Être actif durant l’enfance et l’adolescence est particulièrement important, car cela permet de se constituer un squelette plus résistant, donc de faire des réserves de masse osseuse qui serviront à l’âge adulte. Il est recommandé de pratiquer un minimum de 30 minutes d’activité physique au moins 3 fois par semaine. Ce qui importe le plus n’est pas la durée des séances, mais leur fréquence. Les sports d’impact tels que la course à pied, les sauts, qui impliquent un travail en poids de corps ou encore les sports avec un travail de résistance (haltères, poids de corps, ..) ont un effet de gravité sur le squelette et permettent de le consolider. A l’inverse, des sports portés (tels que le vélo, natation, kayac,…) ont moins d’effets.

L'alimentation

Différents micronutriments ont été mis en avant dans la littérature scientifique. En effet, presque toutes les cellules du corps ont besoin de calcium pour bien fonctionner. Avoir une alimentation qui contient suffisamment de calcium permet de combler les besoins du corps sans qu’il ait à puiser dans ses réserves, c’est-à-dire les os. On peut obtenir un apport suffisant en calcium en mangeant régulièrement des produits laitiers, de la sardine (avec les arêtes), des légumes vert foncé (brocoli, etc), des produits à base de soja (tofu, lait de soja enrichi de calcium). La vitamine D est indispensable à la santé des os et des dents. Elle améliore l’absorption du calcium dans l’intestin et participe à la fixation de ce minéral dans les os. Enfin, concernant la vitamine K2, ou ménaquinone, elle favorise la calcification des os en stimulant l’activité de l’ostéocalcine, une protéine qui favorise la fixation du calcium sur l’architecture osseuse.

L’équilibre acido-basique

L’équilibre acido-basique est un équilibre vital et essentiel pour le bon fonctionnement de la cellule (pour permettre la communication, le métabolisme et les échanges cellulaires). Les réactions chimiques au niveau des cellules de l’organisme sont productrices d’acidité. En particulier, le métabolisme des glucides grâce auquel nos cellules fabriquent de l’énergie, fabrique du gaz carbonique et de l’eau. L’un et l’autre se dissolvent dans le sang. Mais le gaz carbonique est une source importante d’acidité à laquelle viennent se rajouter les autres acides formés au cours de ces réactions productrices d’énergie, par exemple l’acide pyruvique et l’acide lactique. La conséquence est que l’organisme a une tendance naturelle à faire de l’acide. Il faut donc en permanence tamponner cette acidité.

L’organisme dispose pour cela de 3 moyens complémentaires : la réserve alcaline, la respiration et le rein. La réserve alcaline, comme son nom l’indique est une réserve permanente de bicarbonates qui ont la faculté de tamponner immédiatement l’acidité du sang. Cette réserve est suffisante pour maintenir en permanence le sang à un niveau légèrement alcalin, qui est le niveau normal où l’organisme peut fonctionner. L’os est le premier réservoir en bicarbonates de calcium. Une alimentation trop riche en aliments acidifiants (céréales raffinées, protéines animales, aliments transformés,….) peut favoriser à moyen terme une déminéralisation osseuse et augmenter les risques d’ostéoporose.

Au centre, nous vous proposons une prise en charge globale alliant diététique, micro-nutrition et activité physique pour vous accompagner et vous aider à mieux vivre avec l’ostéoporose.

« Nous sommes là pour vous aider ! »

Notre équipe est là pour vous Accompagner

Pour comprendre le détail de nos programmes, contactez-nous.
Un thérapeute sera votre référent et organisera votre planning d’accompagnement « à la carte ».

Aline Rigaud

Diététicienne
Docteur ès Sciences Spécialisée en Nutrition (INRA de Clermont-Fd/Theix),
Formée à l’ETP
Titulaire du DU de micronutrition, santé et diététique
Coach sportif
Titulaire du DU Expert en Cryothérapie

Naïs Petiot

Diététicienne
Nutritionniste
Professeur d’Activités Physiques Adaptées
Formée à l’ETP
Titulaire du DU de Micro Nutrition, Santé et Diététique
Titulaire du DU Expert en Cryothérapie

Élise Delétré

Diététicienne
Nutritionniste
Professeur d’Activités Physiques Adaptées
Formée à l’ETP
Titulaire du DU de Nutrition, Micro Nutrition de l’Exercice et de la Santé

Charlène Guyard

Diététicienne
Nutritionniste
Professeur d’Activités Physiques Adaptées
Titulaire du DU de micronutrition, santé et diététique

Océane Godderis

Diététicienne
Nutritionniste
Professeur d’Activités Physiques Adaptées

blog

Parlons Remise en forme

La canneberge

Un peu d'histoire Les Amérindiens consommaient des baies de canneberge qu’ils...